2.4.8. L’actualité culturelle : les fumetti, les bandes dessinées
CComunicato 9/2015 20.05.2015 FACEBOOK CENSURA IL CLUB TENCO E MILO MANARA: “COSE PER ADULTI” “PAZZE IDEE - L’EROS NELLA CANZONE D’AUTORE” DAL 4 AL 6 GIUGNO, SANREMO, TEATRO DEL CASINÒ LE PREVENDITE ON LINE SU WWW.CLUBTENCO.IT Facebook censura il Tenco : l'evento del Club Tenco sull'eros in musica è considerato vietato ai minori. È con grande stupore che il Club Tenco si è visto rifiutare dal social network un'inserzione promozionale sulla manifestazione dal 4 al 6“Pazze idee - L’eros nella canzone d’autore”. L'inserzione contiene il manifesto dell'evento con una stupenda tavola di Milo Manara realizzata apposta per l’occasione, che raffigura una ragazza di spalle a schiena nuda, evidente citazione di Man Ray. Questa la risposta del social network: “La tua inserzione non è stata approvata in quanto viola le Linee guida sulle pubblicità di Facebook perché promuove prodotti o servizi per adulti, compresi giocattoli, video o prodotti per il miglioramento delle prestazioni sessuali”. Saranno senza censura invece le due serate sanremesi, un grande omaggio all’eros in canzone con un ricco e variegato cast. Sul palco venerdì 5 saliranno Freddy Colt & Ziki-Paki Band, l'irlandese Grainne Duffy in un repertorio di blues americano, Pietra Montecorvino, i Perturbazione, Paolo Pietrangeli e Paolo Rossi. Sabato 6 toccherà invece a Banda Osiris, Andrea Grossi, Leopoldo Mastelloni, Musica Nuda, Mauro Ottolini Smashing Triad(s) e la cantante arabo-andalusa Sensi. Gli artisti presenteranno dei set realizzati appositamente per questo appuntamento, composti da canzoni proprie o di altri. A presentare le serate sarà Antonio Silva, mentre la regia teatrale è di Michelangelo Ricci. Sul sito www.clubtenco.it si possono trovare le prevendite per le due serate, mentre la biglietteria del Casinò sarà disponibile dal 30 maggio con orario 15-19. Saranno invece ad ingresso gratuito gli appuntamenti pomeridiani, alle 18.30 in Piazza dei Dolori nel vecchio quartiere La Pigna, con set musicali e incontri-aperitivo. Si comincerà già giovedì 4 con “Nu’ veleno ch’è ddoce. La passione nella canzone napoletana” con Enrico de Angelis e interventi musicali di Monica Pinto con Aniello Palomba. Venerdì sarà la volta di “Il cattivo soggetto (non) pentito. Le canzoni maliziose di Brassens” con Margherita Zorzi e la musica del trio Vietraverse. Si finirà sabato con “È stata Venere a consigliarmi. Canzoni greche e latine” con Antonio Silva e Piji che interpreterà i testi di Ovidio e Properzio musicati da Virgilio Savona per Giorgio Gaber. La manifestazione è organizzata dal Club Tenco con il contributo del Comune di Sanremo e della Siae e il sostegno del Casinò di Sanremo e della Coop Liguria. La grafica, come per tutti gli eventi del Club, è a cura di ApARTe Venezia. “Pazze idee - L’eros nella canzone d’autore” è un evento speciale del Club. La storica “Rassegna della canzone d'autore”,
Toute reproduction (papier ou numérique) est interdite sans une autorisation écrite du propriétaire du site.
Lisez Manara sur le Caravage : c’est une belle BD !   Une nouvelle Bande Dessinée de Milo Manara vient d’être traduite en français par les Éditions Glénat (Le Caravage, La palette et l’épée, 2015, 14,95€.). Manara a déjà publié plusieurs de ses BD chez Glénat, dont les 4 volumes des Borgia, et plus d’une dizaine d’autres. C’est une belle et instructive histoire de Michelangelo Merisi, originaire de Caravaggio, et appelé ainsi dans l’histoire de l’art. La BD de Manara n’est pas simplement une « biographie » du Caravage, on n’y trouve que 3 dates citées : celle de son arrivée à Rome « à la fin de l’été 1592 », au début de la première page, celle de sa naissance en 1571, évoquée dans la discussion avec Lanzi quand il lui sauve « la vie et la bourse » et que celui-ci lui dit qu’il a perdu une jambe à la bataille de Lépante, et à la dernière page de la BD, « l’an de grâce 1606 » quand le Caravage doit fuir Rome après avoir tué en duel son ennemi Ranuccio Tomassoni. Le cadre historique est donc présent, de même que la ville de Rome en cette fin du XVIe et au début du XVIIe siècles, une ville qui sort à peine de la ruine et dont on prend conscience de la réalité à travers sa prison (Tor di Nona, inspirée des Varie vedute di Roma de Giovanni Battista Piranesi, et surtout de ses Prisons imaginaires, les Carceri d’invenzione, dont Umberto Eco s’était déjà inspiré dans sa description de la  bibliothèque du Nom de la rose), ses portes, ses places, ses palais (le palais Madama du cardinal Del Monte), une ville encore entre les restes de l’Antiquité et la splendeur de la ville pontificale, toute différente  de celle que l’on visite aujourd’hui. Les références à l’histoire officielle sont aussi là, la bataille de Lépante, grande victoire des pays chrétiens sur la flotte turque, la condamnation de Giordano Bruno au bûcher par l’Inquisition en 1600, la décapitation par la justice romaine de Beatrice Cenci en 1599 : agressée par un père violent et incestueux, elle participe à son assassinat avec 3 autres membres de sa famille, et elle devient le symbole de la résistance à la violence et aux abus de pouvoir de l’aristocratie catholique romaine (après sa mort, c’est le pape qui obtiendra la possession des biens de la famille ! Parmi les œuvres qu’elle a inspirées, on peut lire avec plaisir les Chroniques italiennes de Stendhal). On rencontre aussi un castrat espagnol célèbre, Pedro Montoya, chanteur et luthiste au service du cardinal Francesco Del Monte, qui fut le protecteur du Caravage, et que peut-être ce dernier utilisa comme modèle pour deux de ses tableaux de 1596 et 1597 ;et sur la table du flûtiste, on peut reconnaître les partitions du madrigaliste Jacques Arcadelt, qui travailla à Rome de 1537 à 1544 auprès de la famille Farnese. À côté du cardinal Del Monte et de quelques autres notables de Rome, dont le peintre mondain dit « Le Chevalier d’Arpino », on trouve surtout le milieu populaire romain, dans le quartier de l’Ortaccio, ses bars, ses divertissements, et surtout ses prostituées qui étaient un des milieux préférés du Caravage, comme cette Annuccia Bianchini dont le cadavre lui servira à peindre La Mort de la Vierge (les historiens nous apprennent que la ville pontificale était celle qui avait le plus grand pourcentage de prostituées !) Et on trouve enfin la reproduction des grandes œuvres romaines du Caravage, dont ses trois grandes toiles, qui sont encore aujourd’hui à Saint Louis des Français, sur la vie et le martyre de saint Matthieu. Mais la BD de Manara est beaucoup plus qu’une simple biographie, car Manara s’est identifié profondément à la personnalité du Caravage, et il la fait revivre de façon intense, certes dans l’époque où il a vécu, mais aussi dans les personnages et les  épisodes que son imagination de dessinateur lui suggère. On ne sait souvent pas grand chose de la biographie du Caravage, et Manara est contraint de romancer et d’inventer, et il le fait de façon qui ressuscite pour nous la vie du peintre. Comme dit Claudio Strinati (ancien surintendant des Musées romains de 1991 à 2009), l’historien de l’art qui écrit la préface de la BD, « on retrouve chez Manara la personnalité puissante et débordante de vitalité que laissent deviner ses biographes, mais son Caravage à lui est en plus doué d’une vie propre, dont la vérité découle de l’évidence des œuvres que ce grand peintre a produites. C’est un peu comme si Manara, devenu lui-même contemporain du Caravage, avait voulu nous offrir les puissantes évocations qu’il aurait pu capter à ses côtés et nous les restituait, grâce à son incroyable narration graphique. Un  peu comme s’il partageait avec son lointain confrère la même capacité à connecter le passé et le présent ». Caractère violent, ne supportant pas l’injustice et l’exploitation des faibles et des femmes, le Caravage est une belle illustration d’une époque qui ne connaissait pas les « droits de l’homme », où l’offensé « règlait ses comptes » lui-même à l’épée, comme Caravage le fait en tuant en duel l’odieux Ranuccio Tommasoni, ce qui l’oblige à quitter Rome, et nous fait attendre impatiemment le second volume de Manara. Il est en même temps tourmenté par quelque chose que l’on ne connaît pas, comme le poids en lui d’une espèce vivante aussi terrible et imprévisible que l’espèce humaine ; une référence à l’Aminta du Tasse (p. 41) ouvre une hypothèse : peut-être que sa violence n’était que l’envers d’une utopie, d’une aspiration à un monde sans « péché », sans violence, mais fait d’amour entre les êtres. Dominique Fernandez n’aimera sans doute pas cette œuvre de Manara. Il est l’auteur d’un roman de qualité sur le Caravage (La course à l’abîme, Grasset, 2003) mais où il est obsédé par son homosexualité et sa marginalité. Manara met bien en valeur le caractère marginal du Caravage, son refus de la classe dominante cléricale romaine et de ses valeurs, mais il ne fait pas la moindre allusion à son homosexualité, qui est chez Fernandez la clé de son génie. Caravage aime les femmes, et les nus de Manara sont nombreux et beaux ; une des premières extases esthétiques du Caravage qu’il décrit, c’est la perfection des fesses d’Anna que Ranuccio l’invite à frapper : « Splendide et quelle lumière parfaite ». Même la relation avec Mario Minniti, le jeune peintre qui l’invite au logis d’Antiveduto Grammatica, ne présente chez Manara aucune ambiguïté. Lisez la BD de Manara, c’est un belle explication de la façon dont le Caravage a peint, de la révolution qu’il réalisa dans l’histoire d’une peinture qui devient « baroque », et c’est une belle histoire que l’on lit d’un bout à l’autre avec passion et qui nous fait plonger dans la Rome du XVIe siècle. J.G., 11 juin 2015
Accueil Actualités italiennes Nature Histoire Sructures Langue Création de formes artistiques Creation de culture materielle Chanson Voyages Contacts
e r e m