Poésie en musique - chapitre 10
Accueil Actualités italiennes Nature Histoire Sructures Langue Création de formes artistiques Creation de culture materielle Chanson Voyages Contacts
Chapitre 10 Dante et Pétrarque sur la décadence de l’Italie de leur époque Descente de Henri VII en Italie, Manuscrit du XIVe siècle. Dante était écrivain, mais aussi citoyen engagé dans la gestion de Florence, dès 1295 et les ordonnances de Gianni Bella, il s’inscrit à l’Art (la corporation) des Médecins et Apothicaires dont sont membres les écrivains. Il exercera diverses charges et sera prieur de Florence, alors divisée entre les Guelfes blancs (auxquels appartient Dante, comme son ami Cavalcanti, et qui étaient favorables à une ville indépendante du pape) et la grande bourgeoisie des Guelfes Noirs favorable à l’ingérence pontificale dans la ville, et à ce titre il représentera la ville au Jubilé de 1300 organisé par le pape Boniface VIII (1235-1303) ; en 1301, il est ambassadeur auprès du pape, tandis qu’à Florence, Charles de Valois, frère de Philippe le Bel, livre la ville aux Guelfes Noirs, appuyé par le pape. Le 18 novembre 1302, la Bulle de Boniface VIII Unam sanctam confirme que l’empereur doit être soumis au pape et déclenche le conflit ouvert avec le roi de France. Dante est exilé le 27 janvier 1302 alors qu’il était de retour à Florence, puis condamné au bûcher, il ne rentrera jamais à Florence. Il soutint la descente en Italie de l’empereur Henri VII de Luxembourg (1278-1313) en 1310, mais la mort de celui-ci en 1313 anéantit toutes ses espérances. Il écrira par la suite son traité De Monarchia, dans lequel il défend l’idée de l’indépendance de l’État par rapport à l’Église, une première forme de la future «  laïcité  » (Voir notre dossier dans Vingt-deux portraits d’une autre Italie). Antonio Canova, Tombeau de Vittorio Alfieri à Santa Croce (Firenze) - L’Italie ornée de tours. Dante était donc très présent et partisan (il détestait les lâches, ceux qui ne prennent pas parti) dans les luttes politiques de son temps et il connaissait bien l’histoire passée de son pays, dont il parle dans presque toute son œuvre, le Convivio, le De vulgari eloquentia, et surtout la Divine Comédie : dans le chant VI de l’Enfer, du Purgatoire et du Paradis, il évoque un aspect de la vie politique de l’Italie, et tout au long du texte on rencontre des hommes politiques, des commerçants, des prêtres, des papes, etc. dont Dante connaît l’histoire, sur laquelle il prend parti, condamnant l’un et sauvant l’autre. Dante, Divina Commedia, (Purgatorio, VI, vv. 76-151) Ahi serva Italia, di dolore ostello,                        Hélas  ! Italie esclave, auberge de douleur, nave sanza nocchiere in gran tempesta, navire sans pilote dans la grande tempête, non donna di provincie, ma bordello!         non plus reine des nations, mais devenue un bordel ! Quell’anima gentil fu così presta,          Cette âme noble fut si rapide, sol per lo dolce suon de la sua terra,         au seul doux nom de sa terre patrie, di fare al cittadin suo quivi festa ;                à faire fête en ce lieu à son concitoyen ; e ora in te non stanno sanza guerra         alors que maintenant en toi, ils ne sont pas sans guerre, li vivi tuoi, e l’un l’altro si rode         tes habitants vivants, et ils se déchirent l’un l’autre di quei ch’un muro e una fossa serra.         ceux qu’entourent un seul mur et un seul fossé. Cerca, misera, intorno da le prode         Misérable, depuis tes rivages, cherche tout  autour le tue marine, e poi ti guarda in seno         tes mers, et puis regarde en toi-même s’alcuna parte in te di pace gode.                si un seul de tes États jouit de la paix. Che val perché ti racconciasse il freno         À quoi cela aura-t-il servi que Justinien Iustinïano, se la sella è vòta ?         ait réparé ton frein, si ta selle est vide ? Sanz’esso fora la vergogna meno.                Sans lui, la honte serait moins grande. Ahi gente che dovresti esser devota,         Ah gens qui devriez être dévots e lasciar seder Cesare in la sella,         et laisser César s’asseoir sur votre selle, se bene intendi ciò che Dio ti nota,         si vous compreniez bien ce que Dieu vous demande, guarda come esta fiera è fatta fella         regardez comme cette bête est devenue rebelle per non esser corretta da li sproni,         parce qu’elle n’est pas corrigée par les éperons, poi che ponesti mano a la predella.         depuis que vous avez la bride en main. O Alberto tedesco ch’abbandoni                Oh Albert d’Allemagne toi qui abandonnes costei ch’è fatta indomita e selvaggia,         celle qui est devenue indomptable et sauvage e dovresti inforcar li suoi arcioni,                alors que tu devrais enfourcher ses arçons, giusto giudicio da le stelle caggia                que tombe des étoiles un juste jugement sovra ’l tuo sangue, e sia novo e aperto, sur ton sang, et qu’il soit inouï et évident         , tal che ’l tuo successor temenza n’aggia !         de sorte que ton héritier en ait crainte ! Ch’avete tu e ’l tuo padre sofferto,         Car vous avez pu, toi et ton père, supporter, per cupidigia di costà distretti         éloignés d’ici par cupidité de là-bas, che ’l giardin de lo ’mperio sia diserto.         que le jardin de l’empire soit désert ? Vieni a veder Montecchi e Cappelletti,                 Viens voir les Montaigu et les Capulet, Monaldi e Filippeschi, uom sanza cura : les Monaldi et les Filippeschi, homme sans soin : color già tristi, e questi con sospetti !         ceux-là déjà avilis et ceux-ci dans l’inquiétude ! Vien, crudel, vieni, e vedi la pressura         Viens, cruel, viens et vois l’oppression d’i tuoi gentili, e cura lor magagne ;         exercée sur tes nobles, et soigne leurs malaises ; e vedrai Santafior com’è oscura !                et tu verras Santafior comme il est sombre ! Vieni a veder la tua Roma che piagne                 Viens voir ta Rome qui pleure vedova e sola, e dì e notte chiama :         veuve et seule, qui jour et nuit appelle : « Cesare mio, perché non m’accompagne ? ».  « Mon César, pourquoi n’es-tu plus avec moi ? » Vieni a veder la gente quanto s’ama !          Viens voir les gens comme ils s’aiment ! e se nulla di noi pietà ti move,         et si tu n’as aucune pitié de nous, a vergognar ti vien de la tua fama.         viens avoir honte de ta renommée. E se licito m’è, o sommo Giove,                 Et s’il m’est permis, oh Jupiter souverain, che fosti in terra per noi crucifisso,         toi qui fus sur la terre crucifié pour nous, son li giusti occhi tuoi rivolti altrove ?         tes justes yeux se sont-ils tournés ailleurs ? O è preparazion che ne l’abisso         Ou est-ce une anticipation de ce que dans l’abîme del tuo consiglio fai per alcun bene         de tes pensées tu prépares pour nous faire quelque bien in tutto de l’accorger nostro scisso ?         totalement séparé de notre entendement ? Ché le città d’Italia tutte piene         Car les villes d’Italie sont toutes pleines son di tiranni, e un Marcel diventa         de tyrans, et il devient un Marcellus, ogne villan che parteggiando viene.         un paysan quelconque qui s’inscrit à un parti. Fiorenza mia, ben puoi esser contenta         Ma Florence, tu peux bien être contente di questa digression che non ti tocca,         de cette digression qui ne te touche pas, mercé del popol tuo che si argomenta. grâce à ton peuple qui s’évertue si bien. Molti han giustizia in cuore, e tardi scocca         Beaucoup ont la justice au cœur, mais elle apparaît tard per non venir sanza consiglio a l’arco ; pour ne pas venir à l’arc sans y avoir réfléchi ; ma il popol tuo l’ha in sommo de la bocca.         mais ton peuple ne l’a que le bout des lèvres. Molti rifiutan lo comune incarco ;                 Beaucoup refusent les charges publiques ma il popol tuo solicito risponde                          mais ton peuple répond avec empressement sanza chiamare, e grida : « I’ mi sobbarco ! ». sans être appelé, et il crie : « Moi, je me dévoue ! ». Or ti fa lieta, ché tu hai ben onde :         Sois donc joyeuse maintenant que tu as bien de quoi : S’io dico ’l ver, l’effetto nol nasconde.         Si je dis la vérité, les faits qui en découlent ne le cacheront pas. Atene e Lacedemona, che fenno                 Athènes et Sparte, qui firent l’antiche leggi e furon sì civili,         les lois anciennes et qui furent si civilisées fecero al viver bene un picciol cenno         n’ont fait qu’un petit signe à l’art de bien-vivre verso di te, che fai tanto sottili         par rapport à toi qui prends de si subtiles provedimenti, ch’a mezzo novembre         ordonnances, que ce que tu files en octobre non giugne quel che tu d’ottobre fili.         n’arrive pas jusqu’à mi-novembre. Quante volte, del tempo che rimembre,          Que de fois, du temps dont on se souvient, legge, moneta, officio e costume                 as-tu changé  la loi, la monnaie, les offices et les coutumes hai tu mutato, e rinovate membre !          et renouvelé tes membres ! E se ben ti ricordi e vedi lume,          Et si tu as un peu de mémoire et de bon sens, vedrai te somigliante a quella inferma         tu verras que tu ressembles à cette malade che non può trovar posa in su le piume,  qui ne trouve pas de repos sur son lit de plumes ma con dar volta suo dolore scherma.          mais qui s’escrime contre son mal en se retournant. Dante et Virgile rencontrent Sordello dans le Purgatoire - Monument à Dante de Cesare Zocchi à Trento (1896). Sordello da Goito (l’anima gentil, un trouvère (1200-1269) de Mantoue) a accueilli chaleureusement Virgile, son compatriote  de Mantoue, et cela suscite chez Dante une invective contre l’Italie de son temps, esclave parce non sujette à son véritable seigneur, l’empereur, son véritable pilote, mais à des usurpateurs. Ainsi elle n’est plus maîtresse de ses terres, mais elle se livre à des fornications politiques, et aujourd’hui les peuples voisins, les villes voisines, les navires voisins se font la guerre. L’empereur romain, d’animal domestique, est passé à celui de bête sauvage. Alberto tedesco = l’empereur Albert d’Autriche  (1298- 1303), assassiné par son neveu  : aucun empereur n’était descendu en Italie depuis Frédéric II de Souabe (1194-1250). Il successore, son successeur = Henri VII (1275-1313), en lequel Dante portait tous ses espoirs, ensuite déçus. Suo padre, son père = Rodolphe I de Habsbourg (1218-1291). Costà = en Allemagne, crudele est l’empereur. On connaît les Montaigu et les Capulet, les deux familles rivales de Vérone auxquelles appartenaient Roméo et Juliette. Les Monaldi et les Filippeschi étaient deux familles nobles d’Orvieto qui, par leurs querelles, détruisirent l’équilibre politique de la ville à la fin du XIIIe siècle. Les Santafiore = famille toscane en lutte contre Sienne. Marcello = le consul romain Marcellus Gaius Claudius qui prit le parti de Pompée contre César. Ainsi est évoquée toute une histoire des empereurs dont l’absence est une des causes des maux de l’Italie. Dante invoque même Jésus qu’il appelle ici Giove, Jupiter. Sordello da Goito (l’anima gentil, un trovatore del Duecento di Mantova) ha accolto calorosamente Virgilio, suo compatriota di Mantova, e questo suscita in Dante un’invettiva contro l’Italia del suo tempo, schiava perché non soggetta al suo vero signore, l’imperatore, il suo vero pilota ma ad usurpatori. Così non è più padrona delle sue terre, ma si dà a fornicazioni politiche, e oggi i popoli vicini, le città vicine, le navi vicine si fanno guerra. L’imperatore Giustiniano (482-565) aveva riorganizzato invano l’Italia che, da animale domestico, è diventata una fiera. Alberto tedesco = imperatore Alberto d’Austria (1298-1303, assassinato da suo nipote) : nessun imperatore era sceso in Italia da Federico II (+1250). Il successore = Enrico VII (1275-1313). Suo padre = Rodolfo I d’Absburgo (1218- 1291). Costà = in Germania. Crudele è l’imperatore. I Santafiore = famiglia toscana  in lotta contro Siena. Marcello = il console Marcello Gaio Claudio che prese il partito di Pompeo contro Cesare. PAGE SUIVANTE